Cuillère en bois de Pin sylvestre (Pinus sylvestris)

Le bois de Pin sylvestre est léger et tendre, facile à tailler, vite débité. Mais les fibres sont longues et épaisses, elles « échardent » facilement. Impossible donc de trop affiner le cuilleron de cette cuillère en bois, le risque d’arracher une fibre sur l’épaisseur du bois est important. Difficile aussi d’obtenir un grain fin au ponçage. Par contre, les veines sont bien marquées, assez espacées, elles ressortent bien sur la pâleur du bois et soulignent les courbes de la cuillère.

Cuillère en bois non encore testée en cuisine… je crains que le bois manque de densité et ne soit du coup trop absorbant. A moins que la résine qu’il recèle (peut être) ne le protège… Une forme plus proche de la dosette que de la cuillère, du fait de la profondeur du cuilleron. Cette cuillère sculptée pourrait par contre bien convenir comme cuillère à sirop pour la toux ! Sans compter que la résine de pin a des vertus médicinales en ce sens…


Pin sylvestre - Pinus sylvestris - Illustration naturalisteÉcologie et identification

Pour tout savoir sur ce très bel arbre qu’est le Pin sylvestre (Pinus sylvestris), je vous invite à visiter cette page du site www.plantes-natives.com


Le bois du Pin sylvestre et ses usages

Que dit la Flore forestière française à propos du Pin sylvestre ? Que c’est un « bois aux propriétés très variables en fonction de l’origine et des conditions de croissance » et que la « menuiserie fine » sera plutôt réalisée avec des arbres de montage, à accroissement fin et régulier. Amateurs de constructions de maisons en bois (comme moi), il semble que sous l’intitulé « Pin du Nord » se cache du Pin sylvestre.


Un peu d’ethobotanique

Les usages alimentaires du Pin sylvestre

schema-circulation-de-seve-dans-arbreLe cambium / D’après François Couplan [ livre « Le régal végétal » ], on a consommé le cambium en le mélangeant, une fois séché puis moulu, à de la farine de céréales, d’avoine entre autres, pour en faire des galettes. Encore plus étonnant : Des galettes datant du temps des Vikings étaient faites de farine de pois (une plante de la famille des Fabacées) et de cambium de pin sylvestre. En Scandinavie, la consommation de « pin d’écorce » était courante dans les familles pauvres jusqu’au début du XXe siècle. Les Saami (Lapons) utilisaient encore récemment le cambium de pin comme nourriture courante. François Couplan donne la recette de ce Pain de pin dans son livre Cuisine sauvage.

Le cambium, appelé « seconde écorce » ou « écorce intérieure », est une fine couche de cellules située entre le bois et le liber (voir schéma ci-contre). Liber et cambium des arbres ont été consommés par les humains en tant que ressource alimentaire. Il faut éviter de prélever le cambium tout autour d’un arbre car cela le tuerait.

Inflorescence mâle de Pin sylvestreLes jeunes pousses / Comme pour la plupart des conifères, les toutes jeunes pousses sont généralement assez tendres pour être consommées. Elles sentent le citron et leur saveur acidulée est plaisante. On peut les ajouter hachées aux salades et en préparer des tisanes, des sirops et desserts.

Les jeunes inflorescences mâles / Les jeunes inflorescences mâles, emplies de pollen, sont comestibles crues ou cuites. Leur goût aromatique est agréable.

Les usages médicinaux du Pin sylvestre

Gérard Debuigne et François Couplan, dans le livre Le petit Larousse des plantes qui guérissent, indiquent notamment : possédant des propriétés antiseptiques et expectorantes avérées, les bourgeons de pin sylvestre sont employés dans le traitement des maladies des voies respiratoires (…).

D’après Serge Augier (Livre Herboristerie, ed. La Martinière, 2011), on utilise essentiellement des bourgeons de pin dans le traitement des infections ORL, tel que bronchite, sinusite, rhume, toux, trachéite. Les rhumes notamment pourraient être traités par des infusions.

Les usages de la résine de pin

cicatrice-de-résine-de-pinDans son livre Le grand livre des ressources végétales, Bernard Bertrand consacre la page dédiée au Pin a nous expliqué avec talent comment on tirait partie de se résine, résine qu’il ne faut pas confondre avec la sève ! La résine se forme après blessure de l’écorce, elle est insoluble à l’eau et se solidie en quelques heures à l’air. C’est le pansement cicatrisant des arbres dits « résineux ».

torche-de-resine-de-pin-sylvestreLa résine est à la base de colles dont on se servait pour assembler de petits objets et encoller solidement des pièces par emboîtement. La résine peut être utilisée brute juste après sa « récolte » ou conservée dure : pour l’utiliser, il suffit de la chauffer. Cassante, c’est une colle qui gagne en souplesse quand on la mélange à de la cire d’abeille ou de la brai de bouleau. La récolte à grande échelle de cette colle de grande qualité s’appelle le « gemmage ».

Dernier usage très ludique de la résine de pin, celui consistant à imbiber de résine des bâtons en bois vert pour les transformer en torches. J’ai souvent pratiqué cette activité avec des enfants : prendre un bâton de bois vert de bonne section et d’un bon mètre de longueur, le fendre à mi-longueur, bourrer généreusement l’espace intermédiaire d’aiguilles de pin et de résine, resserrer solidement, de préférence avec un fil de fer, puis partir visiter une grotte mystérieuse sous cet éclairage fumant et faiblard !

Autres usages

Pinus_sylvestris - Pin sylvestreD’après les auteurs du livre La flore forestière française, le bois du pin a des propriétés très variables en fonction de l’origine et des conditions de croissance. Ainsi, un bois en provenances des montagnes avec un accroissement fin et régulier pourra servir en menuiserie fine. Un bois de plaine, à texture et densité forte, servira comme bois de mine, poteaux, pilots, charpente… et un bois de plaine à densité faible servira pour les panneaux de particules, de fibres, la pâte à papier.

Matelas d’aiguilles de pin pour les rhumatisants / Gérard Debuigne et François Couplan, dans le livre Le petit Larousse des plantes qui guérissent, indiquent : En Allemagne, on préparait avec les aiguilles une « laine des forêts », appelée Waldwolle, qui servait à la matelasserie. Celle-ci était jadis renommée pour faire un matelas aux rhumatisants.

Paillis d’aiguilles de pin / Le site Détente Jardin indique plusieurs usages des aiguilles de pin au jardin, par exemple en paillis sous les fraises ou les salades pour les protéger des limaces et des souillures, en couche épaisse pour couvrir les chemins au jardin (bon drainage et bonne durabilité des aiguilles), etc.