Cuillère sculptée en bois de Noisetier / Coudrier (Corylus avellana)

Ce bout de noisetier – arbrisseau que l’on nomme également coudrier – par les nombreuses altérations du bois qu’il recèle, n’est surement pas représentatif de l’essence. Le bois est plutôt tendre, on sent qu’il a poussé rapidement. Cette cuillère a été facile à sculpter, le grain est moyen et le ponçage est correct. Le bois altéré de ce morceau de noisetier me faisant penser à une peau de serpent, je m’en suis inspiré pour le design du manche : cette cuillère en bois de noisetier ondule comme un reptile ! Ce n’est pas très ergonomique, ce peut même être phobique pour certains, animal pour d’autres…


Dans la famille Betulaceae, je demande…

spood.art-cuillere-bois-noisetierCette cuillère en bois de Noisetier commun est la 12e sculptée pour mon défi consistant à tailler autant de cuillères différentes qu’il y a d’essences d’arbres répertoriées dans la flore forestière française.

Le Noisetier fait partie de la famille botanique des Bétulacées qui regroupe 157 espèces réparties en 6 genres, dont le genre Corylus. Ce genre regroupe 11 espèces mais seul le Noisetier commun figure dans ma liste des essences à sculpter.

Au sein de cette grande famille Betulaceae, figurent de nombreux arbres communs en France, dont le genre Alnus, les aulnes, Betula, les bouleaux, Carpinus, les charmes.


Noisetiers remarquables

Noisetiers remarquables en France

noisetier-Azannes-Meuse-Yannick-Morhan
Crédit Yannick Morhan

En France, le site Les têtards arboricoles présentent deux références remarquables de noisetiers :

  • Le noisetier d’Azannes-et-Soumazannes, dans la Meuse, avec une circonférence de 2,45 mètres de tour à 30 cm du sol (photo ci-contre) ;
  • Le Noisetier « Mimir », à Plussulien, dans les Côtes d’Armor, composé de plusieurs troncs de 30 à 40 cm de diamètre.

Noisetiers remarquables en Europe

Le site monumentaltrees.com présente plusieurs noisetiers remarquables en Europe. Le plus âgé et le plus gros serait en Allemagne, à l’est de der Kaffrother Brunneneiche à Kaffroth, en Rhénanie-Palatinat. La circonférence du tronc de l’arbre, mesurée à une hauteur de 20 cm, est 2,37 mètres.

Noisetiers remarquables en Bourgogne

Enfin, en Bourgogne, Alain Desbrosse [ livre Les arbres remarquables de Bourgogne, tome 2 ] présente une cépée (touffes de troncs multiples) de noisetier sur la commune de Sanvignes-les-mines en Saône-et-Loire : une hauteur totale de 8 mètres, une circonférence globale de 9 mètres et un diamètre de 20 cm pour les plus grosses branches.


Connaitre et reconnaitre le Noisetier commun

Identification

cépée de noisetier
Cépée de noisetier

illustration-botanique-noisetier-coudrierLe Noisetier (Corylus avellana) est un arbrisseau de la famille des Bétulacées. En botanique, un arbrisseau est une plante ligneuse de moins de 4 mètres de hauteur, se ramifiant dès la base et n’ayant pas de tronc (cépée). Sauf que notre noisetier, isolé et taillé, peut atteindre 7 mètres et mériter le nom d’arbuste ou d’arbre…

Le noisetier serait une des rares espèces de l’ère secondaire (- 70 millions d’années) à avoir survécu jusqu’à nos jours (source : wikipedia).

Étymologie

La base latine nux, noix, a donné le diminutif noisette, qui a lui même donné plus tard le nom noisetier. Corylus signifie casque en latin. C’est une référence à la forme des cupules qui entourent la noisette. Pour les botanistes, un peuplement de noisetiers se nomme corylaie.

Le nom coudrier est antérieur au nom noisetier. Il descend directement de la base latine corulus modifiée en corylus. Ainsi que l’explique Henriette Walter et Pierre Avenas [ livre La majestueuse histoire du nom des arbres ], Olivier de Serres en 1600 écrivait : Le fruict du coudrier est diversement appelé avelaines et noisetes. L’arbrisseau est dénommé coudrier et non noisetier. Les auteurs précisent que notre noisetier moderne était dénommé selon trois noms anciens : coudrier au nord de la France, avelanier au sud, vaissa dans le sud-ouest.

Pour finir, d’où provient l’adjectif avellana du nom latin du noisetier, mais aussi l’ancienne dénomination vernaculaire avelanier ? C’est encore Henriette Walter et Pierre Avenas qui nous l’explique : Le centre de culture du noisetier à l’époque romaine était la Campanie, autour de la ville d’Abella, aujourd’hui Avella, à 20 km au nord-est du Vésuve (…) En français, on attribue aujourd’hui le mot aveline à plusieurs variétés de grosses noisettes, et avelinier aux noisetiers qui les produisent.

La Turquie, patrie des noisettes !

La Turquie reste le premier producteur et exportateur mondial de noisettes : plus de 200000 hectares sont dédiés à cette culture (70 % à 80 % de la production mondiale en 2005). Elles sont cultivées sur les bords de la mer Noire au nord-est du pays. Le lieu de culture de noisetiers s’appelle une noiseraie. Dans les noiseraies, les noisetiers sont conduits en arbre, et donc taillés comme des pommiers de plein vent (source : wikipedia).


Le bois du Noisetier et ses usages

gravure ancienne de sourcierQue dit la Flore forestière française à propos du noisetier ? Que c’est un bois de couleur rosâtre ou rose brun, assez tendre et souple ; utilisé pour la fabrication de tuteurs ou d’éléments de clôture ; autrefois : vannerie, cercles de tonneaux, manches, marqueterie à partir du bois veiné des racines (…) assez bon combustible ; charbon dégageant beaucoup de chaleur et durant longtemps a feu.

Panier en noisetier tresséBaguette de coudrier pour les sourciers / Wikipedia indique : Le noisetier serait une des rares espèces de l’ère secondaire (- 70 millions d’années) à avoir survécu jusqu’à nos jours (…) Les Anciens lui attribuaient de nombreux pouvoirs magiques (…) Toujours pratiqué de nos jours, l’usage d’une branche de coudrier (ancien nom du noisetier) taillée en fourche pour détecter l’eau souterraine remonte à l’époque des Celtes.

Vannerie de noisetier / Enfin, citons la réalisation de vanneries en noisetier. Sur le site Les mains au panier (ça ne s’invente pas !), vous pourrez trouver une très bonne description de l’usage pratique du noisetier en vannerie.


Un peu d’ethnobotanique

fruit-noisette-noisetierLes usages alimentaires du Noisetier

Commençons par les conseils de cueillette de Pascal Gérold [ livre Les arbres nourriciers ]. L’auteur conseille de prélever les noisettes sur l’arbuste et non au sol, d’attendre fin août début septembre, quand les noisettes commencent à brunir. Il conseille d’éviter les noisettes présentant un petit trou (véreuses) et celles qui produisent un son quand on les secoue : si la graine est libre et heurte la paroi de la coque, elle n’est sans doute plus consommable.

D’après François Couplan [ livre Le régal végétal ], les noisettes, fruits du noisetier, dont la consommation est universelle et très ancienne (on a découvert les restes fossilisés dans des sites archéologiques datés de plus de 10000 ans), se mangent telles quelles ou grillées, entières, moulues ou réduites en purée (…) On en extrait par simple pression une huile délicate et parfumée (…) Les fruits des noisetiers sont extrêmement nutritives : elles contiennent 16% de protéines et 62% d’une huile comestible. Ce sont les plus riches de tous les fruits oléagineux en protides et en lipides (…) et ce sont aussi les plus digestes. Enfin, les noisettes sont riches en vitamines et sels minéraux.

 Wikipedia met en garde : les allergies aux noisettes fraîches ainsi qu’aux inflorescences seraient aujourd’hui relativement répandues.

Les usages médicinaux du Noisetier

Gérard Debuigne et François Couplan, dans le livre Le petit Larousse des plantes qui guérissent, indiquent : les feuilles de noisetier possèdent des propriétés vasoconstrictrices et anti-inflammatoires. On les prescrit dans les affections du système veineux, telles les varices, les hémorroïdes, les séquelles de phlébite, etc.

Wikipedia indique : Son fruit, la noisette, serait un des oléagineux parmi les plus riches en oméga 3 (contre le mauvais cholestérol). Elle serait aussi très riche en vitamine E (contre le vieillissement cellulaire), en fibres (contre le cancer du côlon), en cuivre (contre les rhumatismes et les maladies infectieuses), en fer (contre l’anémie), en magnésium (contre le stress), en phosphore (contre la fatigue intellectuelle) et en vitamine B.


Cuillère simple en bois de Noisetier

Quand j’ai commencé à sculpter des cuillères en bois, celle-ci faisait partie de celles dont je ne connaissais pas la nature du bois… Une branche sèche ramassée à l’occasion d’une balade… Avec l’expérience, je sais aujourd’hui sans doute possible que c’est du noisetier, de part la densité et le toucher du bois, sa couleur et son veinage, et ses altérations visibles à la pointe du manche.