Cuillère en bois de Genêt à balais (Cytisus scoparius)

Pas simple de récupérer une branche de genêt suffisamment épaisse pour sculpter une cuillère : il m’a fallu 2 journées de recherche dans les coupes forestières « à blanc » du Haut-Beaujolais ! Le genêt apprécie particulièrement cet environnement dans lequel il prolifère, empêchant malheureusement la régénération naturelle de la forêt en privant de lumière les jeunes semis. J’ai donc œuvré dans le bon sens en prélevant 2 pieds secs et un peu plus gros que les autres. Et, je ne regrette rien, car le bois du genêt est très beau et agréable à sculpter ! Cette cuillère en bois de Genêt à balais présente un bois assez dense, au grain très fin, au toucher soyeux, au teint richement nuancé avec un bois pâle en périphérie et sombre au cœur.

Le Genêt à balais n’est pas dans la liste du défi, ce n’est pas une des 162 essences ligneuses que je vous présente sur cette page


Cytisus_scoparius_dessin-genet-a-balaisConnaitre et reconnaitre le Genêt à balais

Le genêt ne vit pas très longtemps, de 10 à 25 ans, et ne dépasse pas les 3 ou 4 mètres de hauteur. Il est présent partout en France, mais rare en région méditerranéenne et en Corse, et absent au dessus de 800 mètres.

Cytisus provient du grec Kutisos, luzerne arborescente ; le latin scoparius : servant à faire des balais. Le nom vernaculaire Genêt, orthographié genest (ou geneste) en français, dérive du latin genista (ou genesta) qui désignait chez les Romains certains de ces arbrisseaux (source : wikipedia)

Le Genêt à balais est une espèce méditerranéo-atlantique thermophile (elle aime la chaleur). Originaire du nord-ouest de l’Europe, il a été largement introduit sur d’autres continents. Il est présent généralement sur des sols sableux ou limoneux, en plaine, dans les terrains incultes ou les zones déboisées parfois en compagnie de la bruyère.

Il est considéré comme une plante envahissante dans différents pays comme l’Inde, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Afrique du Sud, le Canada, mais aussi en Californie et le nord-ouest des États-Unis.


Le bois du genêt et ses usages

Que dit la Flore forestière française à propos du genêt ? Bois léger verdâtre à jaune blanchâtre, quand les troncs deviennent gros ; le coeur est brun.

Cet arbuste tire son nom commun du fait qu’il fut longtemps utilisé pour en faire des balais de cours de ferme. Dans le Grand livre des ressources végétales, Bernard Bertrand indique : assemblées en fagot à l’aide d’un lien solide, ses têtes fournissent un balai résistant, ajoutez-y un manche en bois de coudrier (noisetier) et vous obtenez l’archétype du balai de sorcière. L’auteur indique également que les usages artisanaux du genêt commun furent développés dans les Pyrénées, en Ardèche, dans les Cévennes, en Espagne et au Portugal.

restauration-toiture-genêtIl semble que dans certaines de ces régions, sinon toutes, le genêt pouvait aussi servir à la couverture des toits. Wikipédia indique qu’on peut encore trouver quelques maisons de ce type en haute Ardèche et en Lozère. Une recherche sur internet montre quelques restaurations à l’initiative d’associations de valorisation du patrimoine local, ici dans le Velay, ici en Ardèche. Ce dernier article indique : Les toits de genêt, qui sont certainement les plus spécifiques de ce haut pays, sont devenus les plus rares et les plus menacés de disparition ; il y en avait encore une centaine dans les années 1980, sept fois plus qu’aujourd’hui. Leur durée de vie est de 25 à 30 ans, mais ils nécessitent une révision annuelle et sont vulnérables à l’incendie. Il était donc logique, sans négliger les autres, de donner la priorité à leur sauvetage.

Wikipédia indique également que l’écorce était utilisée pour le tannage et pour la fabrication de cordes, mais il semble que pour cette dernière utilisation le Genêt d’Espagne (Spartium junceum) soit plus adapté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *